La vie de Stylovie

23 août 2016

Un autre portrait

Photo0154

 

Mon dernier dessin. Le reconnaissez-vous????

Posté par stylovie à 09:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 avril 2016

Dessin portrait

Mon dernier dessin à l'atelier de Jean-Pierre Gillot (Vérosvres/Cluny) : le Grand Bâtard de Bourgogne.

Le grand bâtard de Bourgogne

Posté par stylovie à 17:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 juin 2015

Alouette, alouette...

L'alouette

Mon dernier dessin à l'atelier de Jean-Pierre Gilot : une gentille alouette.

Posté par stylovie à 13:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

31 mai 2015

T'as voulu voir Vilnius...

Et tu as vu Bruxelles...

Je suis partie avec un groupe de travail pour un voyage à Ukmergé, en Lituanie. Suite aux problèmes à l'aéroport de Bruxelles, le voyage a tourné court. Nous avons traîné tout un jour à essayer de récupérer un avion vers Vilnius, via Franckfort avec la Lufthansa, ou via Riga, avec Air Baltica. Les compagnies aériennes nous ont bien promenés d'un guichet  à l'autre, quant à l'aéroport : accueil inexistant. Au guichet info, voilà ce qu'on nous a dit : "on n'a pas à vous renseigner un hôtel,  ce n'est pas notre boulot." Quand nous avons vu qu'ils installaient des lits de camp dans les halls, nous sommes allés à l'hôtel et pendant deux jours nous avons visité Bruxelles, le musée des Beaux-Arts, la grand-place et les rues à super chocolatiers. Et une moules-frites pour tout le monde, arrosé d'une bonne petite bière belge. Et puis nous sommes rentrés. Home sweet home.

Posté par stylovie à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 février 2015

Mignonne allons voir si la rose...

 

ma_rose

Mon dernier dessin  à l'atelier de Jean-Pierre Gillot : pas très créatif mais pas mal de technique (pastels secs et crayons) et très reposant à faire. 

 

Posté par stylovie à 08:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


10 janvier 2015

Je suis Charlie

Charlie va-t-il illustrer le charlisme, ce concept mis au point par l'écrivain Alexandre Jardin à partir des postures du général de Gaulle? Etonnant, non, ce "bal tragique à Colombey" qui devient un "balles tragiques à Charlie Hebdo". Signe que nos humoristes s'inscrivaient eux aussi dans le Destin de la France et qu'il est temps pour nous de prendre la relève??? Pour s'éviter la honte ET la guerre?

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/967079-mieux-que-le-gaullisme-le-charlisme-c-est-tout-ce-qui-manque-a-la-gauche-et-a-la-droite.html

Posté par stylovie à 10:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

08 décembre 2014

Du Charolais à la Russie du Nord 1914-1919.

Pour faire suite à son projet éditorial, Marc Emorine publie  en annexe de son premier livre un recueil photographique  :

Du Charollais à la Russie

Son premier livre :

Carnets prêtre soldat

Posté par stylovie à 11:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2014

En cours de dessin

mutu polynésien

Coucher de soleil sur un mutu polynésien, dessiné au cours de dessin de Jean-Pierre Gillot (d'après photo, hélas...)

Posté par stylovie à 08:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 mai 2014

Dimanche 3 mai: les gorges de la Sioule.

L’année dernière, nous avons fait un voyage en Haute-Vienne. Ce voyage s’est terminé par le méandre de Queille, dans le Puy-de-Dôme.  

Voir ce message, sur ce blog : 

http://stylovie.canalblog.com/archives/2013/05/04/27075582.html

Nous nous étions promis de revenir en expédition sur les rives de la Sioule.

 

Entre parenthèses : en ce moment,  une étude est menée sous l'impulsion de la région Auvergne  sur les activités de pleine nature dans la vallée de la  Sioule. Cette étude est réalisée par Jean-Baptiste, un élève du SMAD de Saint-Gervais d'Auvergne, dans le cadre d'un stage Master 2 "tourisme et valorisation des territoires". Il invite ceux qui ont visité la vallée de la Sioule à répondre à un très court questionnaire sur le site

https://docs.google.com/forms/d/1Fkv_FSR_nxeQALCTWLDO9DizYnKr03WSBz7e8KJxnpA/viewform

Fermons la parenthèse et reprenons notre voyage...

La Sioule coule en Auvergne sur une longueur de 150 km. La plus grande partie de son parcours (90 km) se situe dans la région des Combrailles, dans le Puy-de-Dôme,  le reste, dans l’Allier.  Prenant sa source à proximité du lac de Servières,  elle s'écoule d'abord vers le nord  puis, entre Menat et Ebreuil, amorce un virage  vers  le nord-est.

Le dimanche 3 mai, nous nous sommes donc remis en route, direction la vallée de la Sioule mais   sans  atteindre Queille  et en remettant à un prochain voyage les étapes en amont :  le viaduc et le barrage des Fades.

Chaque voyage a un thème : les lieux sacrés, les monuments, la guerre,  les musées, la géologie, l’industrie… Cette fois,  c’était l’eau et la nature.

Voici donc l’itinéraire  suivi : Digoin ; Saint-Pourçain-sur-Sioule ; Ebreuil ; Menat ; les gorges de Chouvigny ; Saint-Rémy-de-Blot ; Saint-Pardoux ; Ebreuil ; Moulins ; Digoin.

 

Saint-Pourçain-sur-Sioule

Située  en région Auvergne, dans le département de l’Allier (du moins jusqu’à la suppression  des départements…), Saint-Pourçain-sur-Sioule est une bourgade de cinq mille habitants. La ville tiendrait son nom de son fondateur : un ancien porcher qui devint  abbé d’un monastère construit en surplomb de la Sioule.  Au Moyen-Age, la ville se développa autour d’un prieuré bénédictin dépendant de l’abbaye Saint-Philibert de Tournus, en Saône-et-Loire, notre lieu de départ. Alentours, la  nature est  très belle, typique de  la limagne bourbonnaise, aux couleurs de printemps : bleu de l’eau, vert des prairies et des forêts, jaune des fleurs et du colza. Il y a aussi bien sûr le vignoble, très célèbre, dont nous n’aurons pas goûté le vin puisqu’au déjeuné nous avons préféré la bière.  La bière thaï plus précisément car nous sommes allés à l’Apsara, le  restaurant thaïlandais qui se trouve sur la route de Gannat. Nous étions installés sur la petite table de droite.

http://www.payssaintpourcinois.fr/fr/Etablishment/581/Restaurants-L-APSARA---SAINT-POURCAIN-SUR-SIOULE

En quittant la ville, nous avons eu une pensée pour Rémi Laurent qui  repose  dans le cimetière. Rémi Laurent était  un jeune comédien  plein d’avenir. Je l’ai vu dans deux films : "A nous les petites Anglaises" et "La cage aux folles", où il jouait aux côtés de Michel Serrault et  de Ugo Tognazzi.

 

Menat

 

Menat

 

Le village est situé  en Auvergne mais dans le Puy-de-Dôme, dans une zone de nature qui s’appelle les Combrailles.  La Sioule forme la limite est du territoire communal. Comme Saint-Pourçain, le village  s’est développé au Moyen-Age  autour d'une abbaye bénédictine dépendant d'une abbaye, en l'occurrence, celle  de Cluny, toujours en Saône-et-Loire, mais  son importance s’enracine bien plus en amont dans le temps : dans la préhistoire. De nombreux fossiles en effet  témoignent de 56 millions d’années végétales et animales, antérieures à l’apparition de l’homme, donc. C’est un site paléolihique unique en Europe.

 

Le vieux Pont de Menat

 

Vieux pont de Menat

 

Si un nouveau pont a été construit en 1839 pour accompagner le développement  de la contrée, le vieux pont est resté,  à cheval  sur les communes de  Menat et de Châteauneuf-les-Bains. C’est  un pont en dos-d’âne comme on en voit dans le sud, romantique et pittoresque. Il date du XIIème siècle et on pense qu’il a été implanté  sur l’ancienne voie romaine d'Augustunemetum à Aquae Nerii, remplaçant un pont flottant gallo-romain, constitué de  plusieurs barques en enfilade.  Quoi qu’il en soit, au Moyen-Age, c’était le seul passage sur la Sioule entre Ebreuil et Châteauneuf-les-Bains. La rivière était alors la seule voie de pénétration entre l’Auvergne et le Bourbonnais.  Au XVIIIème siècle, la travée de la rive gauche  a été emportée par une crue et  le pont   n’a été restauré  qu’au XXème siècle, alors qu’existait déjà le nouveau pont.   De cet endroit, on voit le château-rocher, vigile solitaire  qui surplombe la Sioule.

 

Au bord de la Sioule.

 

Au bord de la Sioule

 

Site classé, les gorges de la Sioule s’étendent entre Menat et Ebreuil. La nature y est sauvage et brute : falaises, roches, prairies... et au milieu coule la rivière… Nous sommes restés longtemps à admirer  un oiseau perché  sur les pierres de la Sioule : ce n’était pas un cincle plongeur (ou merle d’eau), ni une bergeronnette d'eau, ni un martin pêcheur.  Un oiseau blanc, noir  et bleu…  Plus loin sur la Sioule  vivent des oiseaux comme le grand-duc, le faucon pélerin, le milan royal, le pic mar, le bruant fou, l'hirondelle de mer...  Sur la route, passaient motos et vélos ... et les voitures d’un rallye d’ancêtres.

 

Le château-rocher.

 

Le château rocher de Saint Rémy de Blot

 

A Saint-Rémy-de-Blot, sur un éperon rocheux en surplomb  de  la Sioule, se dressent des ruines impressionnantes : une ancienne  forteresse datant du XIème siècle et qui fut la demeure des Lafayette.  Il s’appelait autrefois château-fort de Blot-le-Rocher. Il s’appelle aujourd’hui le château-rocher. Il permettait de contrôler le passage entre l’Auvergne et le Bourbonnais, là où le vieux  pont de Ménat enjambe la Sioule.

Voir le site http://chateau-rocher.fr

Nous sommes restés longtemps à flâner entre les murs qui déterminent encore en pointillés quelques salles ou tours de guet.  Le soir et la nuit  promettaient  de belles richesses...  la lune, les étoiles, les oiseaux nocturnes, un fantôme peut-être...

 

Posté par stylovie à 09:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

12 février 2014

Géobiologie sacrée en Clunisois

La géobiologie étudie et utilise  les liens qui unissent les lieux et le vivant.   Elle s’appuie sur l’existence d’ondes interactives entre le cosmos et la terre : les ondes  cosmo-telluriques. Quand ces ondes émettent une énergie positive  pour l’homme, elles ont été canalisées par les Anciens  qui y ont établi des sortes d’antennes : les pierres levées  ou les temples païens (païen veut dire qui pratique la religion du pays).   Le christianisme s’est emparé  de ces antennes, les détruisant ou  les  christianisant : croix sur ou à la place des pierres levées, églises ou chapelles   sur les temples païens. Les édifices religieux anciens, souvent dédiés à Notre-Dame, à  Saint-Michel ou à Saint-Martin, ont de grandes chances d’être implantés sur ces lieux cosmo-telluriques positifs. Les lieux où sont implantés les grandes cathédrales (Chartres, Amiens, Notre-Dame…) ont des taux vibratoires très élevés. Elles sont étudiées par la géobiologie sacrée. Nos petites églises ne sont pas en reste, il suffit de chercher…  Ce qu’il faut chercher : un courant d’eau souterrain, de la porte à l’autel, un vortex (dextrogyre ou sénestrogyre), un lieu de balancement, l’énergie masculine, l’énergie féminine, le lieu de soins…) Des repères visuels peuvent aider comme la statuaire, les tableaux, le nom de l’église,  les fonds baptismaux… Il y a des instruments particuliers  comme le pendule ou l’antenne de Lecher mais je ne les  utilise pas.

 

- Pressy-sous-Dondin,

Le village est en limite du Clunisois et du Charolais. Il est entouré par des villages comme Chiddes, Saint-Martin-de-Salencey et Saint-André-le-Désert (lieu de forte implantation romaine, comme l’atteste les lieux-dits et les oratoires).  A Pressy, on trouve plusieurs éléments intéressants, entre autres un ruisseau,   trois châteaux et une chapelle dédiée à Notre-Dame du Bon secours. 

La première qui vire

En contrebas du château, sur la route Saint-Bonnet-de-Joux / Donzy-le-National,  se trouve  un curieux rocher surmonté d’une Vierge : l’oratoire de la première qui vire. Je n’ai  pas trouvé grand-chose en matière de vibrations et pour cause :  ce n’est pas un haut lieu vibratoire, le rocher est là de par la volonté du seigneur du château, qui l’a fait déplacer  de son lieu d’origine : les Perroux.  Il existe en effet le bois des Perroux et peut-être peut-on y trouver un lieu de vibrations intéressant. "La pierre qui vire" est devenue "la première qui vire", faisant allusion à la Vierge.

La vieille chapelle Pressy

De la route, on voit une curieuse construction : une chapelle. Les gens l’appellent simplement "la vieille chapelle". Constituée de  piliers, la partie basse  semble très ancienne et son architecture en triangle évoque la franc-maçonnerie. 

Eglise de Pressy-sous-Dondin

L’église   est jolie mais elle n’apporte pas grand-chose en matière de géobiologie.

http://www.enclunisois.com/wpress_clunisois/?page_id=400

Buffières.

Buffières église Saint Denis

L’église Saint-Denis  est remarquable à l’extérieur mais surtout à l’intérieur : une fresque médiévale orne tout le plafond de  l’abside en cul de four (en restauration). Elle représente le tétramorphe (du grec : les quatre formes), c’est-à-dire quatre  corps autour du Christ :    l’homme, le lion, l’aigle et le taureau.   Le chiffre quatre peut avoir plusieurs significations : les quatre saisons, les quatre points cardinaux, les quatre coins du ciel, les quatre éléments mais il est d’usage aujourd’hui de les rapporter à l’univers judéo-chrétien qui les appelle les quatre Vivants : les quatre grands prophètes (Isaïe, Jérémie, Ezechiel et Daniel), les quatre Pères de l’Eglise (Augustin, Ambroise, Jérôme et Grégoire le Grand), les quatre Evangélistes (Luc, Mathieu, Jean et Marc.)

Les quatre Evangélistes et les quatre éléments peuvent fonctionner ensemble : le taureau = le feu =  Luc ; l’aigle = l’air = Jean ; l’homme = l’eau = Mathieu ; le lion = la terre = Marc.

Elle est dédiée à Saint-Denis (mais l’a-t-elle toujours été ?) Saint Denis l’Aréopagite est le premier évêque d’Athènes. Il est influencé par Saint-Paul. A partir du  IXème siècle, Paris se l’approprie comme premier évêque, sans doute autour d’une translation de reliques. On lui attribue surtout des écrits invitant à la contemplation et à la mystique (ce qui a trait aux mystères de l’invisible, de Dieu, pour les croyants). Le nom Buffières pourrait venir d’un nom celte signifiant le vent.

http://www.buffieres.fr/patrimoineF.html

 

L’église de Buffières vaut le détour des géobiologues.  Il faut dire que le village est un village de Blancs. Les Blancs sont une communauté de catholiques très enracinés dans l’ancienne Eglise, celle d’avant le concordat signé en 1801 entre Napoléon et le pape Pie VII. L’église de Buffière est dédiée à Saint Denis.  C’est un mouvement spécifique au Charolais-Brionnais   (Bourgogne du Sud). 

http://www.arconce-editions.com/les-echos-charollais-font-une-recension-du-mystere-des-blancs/

 

Terminus de la tournée à Montagny-sur-Grosnes.

 

Eglise de Montagny

Comme la fête patronale est vouée à Saint Fiacre, j’en déduis que l’église est dédiée à Saint-Fiacre, un moine d’origine irlandaise. On dit qu’il était gyrovague, c’est-à-dire qu’il allait  de monastère en monastère, et chorévêque, c’est-à-dire, évêque de campagne. Comme il était réputé pour sa grande connaissance en phytothérapie, c’est surtout un saint  guérisseur  et il est patron des jardiniers.

http://montagny.matour-et-region.com/m-105-patrimoine.html