La géobiologie étudie et utilise  les liens qui unissent les lieux et le vivant.   Elle s’appuie sur l’existence d’ondes interactives entre le cosmos et la terre : les ondes  cosmo-telluriques. Quand ces ondes émettent une énergie positive  pour l’homme, elles ont été canalisées par les Anciens  qui y ont établi des sortes d’antennes : les pierres levées  ou les temples païens (païen veut dire qui pratique la religion du pays).   Le christianisme s’est emparé  de ces antennes, les détruisant ou  les  christianisant : croix sur ou à la place des pierres levées, églises ou chapelles   sur les temples païens. Les édifices religieux anciens, souvent dédiés à Notre-Dame, à  Saint-Michel ou à Saint-Martin, ont de grandes chances d’être implantés sur ces lieux cosmo-telluriques positifs. Les lieux où sont implantés les grandes cathédrales (Chartres, Amiens, Notre-Dame…) ont des taux vibratoires très élevés. Elles sont étudiées par la géobiologie sacrée. Nos petites églises ne sont pas en reste, il suffit de chercher…  Ce qu’il faut chercher : un courant d’eau souterrain, de la porte à l’autel, un vortex (dextrogyre ou sénestrogyre), un lieu de balancement, l’énergie masculine, l’énergie féminine, le lieu de soins…) Des repères visuels peuvent aider comme la statuaire, les tableaux, le nom de l’église,  les fonds baptismaux… Il y a des instruments particuliers  comme le pendule ou l’antenne de Lecher mais je ne les  utilise pas.

 

- Pressy-sous-Dondin,

Le village est en limite du Clunisois et du Charolais. Il est entouré par des villages comme Chiddes, Saint-Martin-de-Salencey et Saint-André-le-Désert (lieu de forte implantation romaine, comme l’atteste les lieux-dits et les oratoires).  A Pressy, on trouve plusieurs éléments intéressants, entre autres un ruisseau,   trois châteaux et une chapelle dédiée à Notre-Dame du Bon secours. 

La première qui vire

En contrebas du château, sur la route Saint-Bonnet-de-Joux / Donzy-le-National,  se trouve  un curieux rocher surmonté d’une Vierge : l’oratoire de la première qui vire. Je n’ai  pas trouvé grand-chose en matière de vibrations et pour cause :  ce n’est pas un haut lieu vibratoire, le rocher est là de par la volonté du seigneur du château, qui l’a fait déplacer  de son lieu d’origine : les Perroux.  Il existe en effet le bois des Perroux et peut-être peut-on y trouver un lieu de vibrations intéressant. "La pierre qui vire" est devenue "la première qui vire", faisant allusion à la Vierge.

La vieille chapelle Pressy

De la route, on voit une curieuse construction : une chapelle. Les gens l’appellent simplement "la vieille chapelle". Constituée de  piliers, la partie basse  semble très ancienne et son architecture en triangle évoque la franc-maçonnerie. 

Eglise de Pressy-sous-Dondin

L’église   est jolie mais elle n’apporte pas grand-chose en matière de géobiologie.

http://www.enclunisois.com/wpress_clunisois/?page_id=400

Buffières.

Buffières église Saint Denis

L’église Saint-Denis  est remarquable à l’extérieur mais surtout à l’intérieur : une fresque médiévale orne tout le plafond de  l’abside en cul de four (en restauration). Elle représente le tétramorphe (du grec : les quatre formes), c’est-à-dire quatre  corps autour du Christ :    l’homme, le lion, l’aigle et le taureau.   Le chiffre quatre peut avoir plusieurs significations : les quatre saisons, les quatre points cardinaux, les quatre coins du ciel, les quatre éléments mais il est d’usage aujourd’hui de les rapporter à l’univers judéo-chrétien qui les appelle les quatre Vivants : les quatre grands prophètes (Isaïe, Jérémie, Ezechiel et Daniel), les quatre Pères de l’Eglise (Augustin, Ambroise, Jérôme et Grégoire le Grand), les quatre Evangélistes (Luc, Mathieu, Jean et Marc.)

Les quatre Evangélistes et les quatre éléments peuvent fonctionner ensemble : le taureau = le feu =  Luc ; l’aigle = l’air = Jean ; l’homme = l’eau = Mathieu ; le lion = la terre = Marc.

Elle est dédiée à Saint-Denis (mais l’a-t-elle toujours été ?) Saint Denis l’Aréopagite est le premier évêque d’Athènes. Il est influencé par Saint-Paul. A partir du  IXème siècle, Paris se l’approprie comme premier évêque, sans doute autour d’une translation de reliques. On lui attribue surtout des écrits invitant à la contemplation et à la mystique (ce qui a trait aux mystères de l’invisible, de Dieu, pour les croyants). Le nom Buffières pourrait venir d’un nom celte signifiant le vent.

http://www.buffieres.fr/patrimoineF.html

 

L’église de Buffières vaut le détour des géobiologues.  Il faut dire que le village est un village de Blancs. Les Blancs sont une communauté de catholiques très enracinés dans l’ancienne Eglise, celle d’avant le concordat signé en 1801 entre Napoléon et le pape Pie VII. L’église de Buffière est dédiée à Saint Denis.  C’est un mouvement spécifique au Charolais-Brionnais   (Bourgogne du Sud). 

http://www.arconce-editions.com/les-echos-charollais-font-une-recension-du-mystere-des-blancs/

 

Terminus de la tournée à Montagny-sur-Grosnes.

 

Eglise de Montagny

Comme la fête patronale est vouée à Saint Fiacre, j’en déduis que l’église est dédiée à Saint-Fiacre, un moine d’origine irlandaise. On dit qu’il était gyrovague, c’est-à-dire qu’il allait  de monastère en monastère, et chorévêque, c’est-à-dire, évêque de campagne. Comme il était réputé pour sa grande connaissance en phytothérapie, c’est surtout un saint  guérisseur  et il est patron des jardiniers.

http://montagny.matour-et-region.com/m-105-patrimoine.html